Archive pour mars 2005

Menteuse idée de liberté
lundi 21 mars 2005 à 15 h 04 min


Menteuse idée de liberté...

Les idées sont de viles menteuses,
La « Liberté » en est la plus trompeuse.
Nous vivons tous derrière des barreaux,
Fussent-ils ceux de notre propre peau.

La vie elle-même est une prison
Dans laquelle nous croupissons,
Prisonniers de nos existences,
Rêvant, parfois, de délivrance.

Et si l’on défonce les portes closes
De leurs geôles sombres et moroses,
Nos pensées restent embastillées
Derrière d’autres murs de préjugés.

Notre liberté de pensée
Sera toujours emprisonnée
Dans le cachot de l’ignorance
Et de nos prétendues connaissances.

Enclos dans nos propres frontières,
L’esprit bridé par nos oeillères,
Bien murés dans nos certitudes,
Nous vivons dans la servitude.

Esclaves de notre incompétence
A détruire nos intolérances.
Esclaves de notre inaptitude
A accepter les multitudes.

Asservis à nos sentiments
Lorsqu’ils ne sont plus présents.
Asservis à nos actes passés
Lorsqu’ils sont regrettés.

Enchaînés à nos paroles données
Lorsque nous nous sentions reliés.
Enchaînés à l’encre à peine séchée
De mots que l’on voudrait effacés.

Attachés au souvenir d’un sourire,
Puis d’un baiser qui nous fît frémir.
Attachés au souvenir d’un être aimé
Et qui, un jour, nous laisse seul, égaré.

Asservis à nos dépendances
Quand disparaît l’abondance
Asservis à nos secrets désirs
Et à nos clandestins plaisirs.

Nous sommes esclaves de nos vices,
Nous en affranchir est un supplice.
Esclaves de nos prétendues vertus
Quand nos consciences sont mises à nu.

Nous sommes otages de nos pulsions,
De nos convictions, de nos passions.
Nos actes sont conditionnés
Nos esprits sont endoctrinés.

Partis, sectes, et religions
Prennent le pouvoir sur la raison,
Et nos illusoires libertés
Sont chaque jour plus érodées.

Les idées sont de viles menteuses.
La « Liberté » en est la plus trompeuse.
Nous vivons tous derrière des barreaux,
Fussent-ils ceux de notre propre peau.

Et lorsqu’en nous s’installe la souffrance,
Nous en prenons vraiment conscience.
Nous sommes esclaves de notre corps,
Et la seule liberté, c’est la mort.


Michel P:.

21 mars 2005