Archive pour juillet 2010

L'horreur continue…
vendredi 30 juillet 2010 à 10 h 47 min

L'horreur continue...

Sans cesse plus atroce, plus horrible, les faits de violence et de meurtres d'enfants continuent de nourrir les chroniques les plus morbides de l'actualité.

Depuis ma dernière note à ce sujet, voici que deux nouveaux cas viennent encore s'ajouter à la liste de ces abominations.

  • Villers-au-Tertre (France) - Juillet 2010 : les dépouilles de 8 nourrissons nés entre 1989 et 2007 sont découverts dans des sacs plastiques enterrés dans un jardin et dans un garage. La "mère", une aide-soignante âgée de 46 ans, avoue avoir tué ses 8 enfants et avoir été parfaitement conscience d'être enceinte à chaque fois, alors qu'elle ne voulait plus d'enfants. Elle prétend qu'en raison de sa forte corpulence, elle ne voulait pas voir de médecin pour employer un moyen de contraception... Elle a pourtant déjà deux filles d'une vingtaine d'années et est même déjà grand-mère...
  • Excenevex (France) - Juillet 2010 : le cadavre d'un bébé de quelques jours à peine est découvert dans un sac à dos abandonné dans une propriété. Le corps du nourrisson était "momifié par plusieurs jours de chaleur"»

Sur les forums des media, chacun y va de son idée quant aux peines et condamnations à infliger à ces monstres indignes d'être appelés "parents".

Même si j'ai bien évidemment mon idée sur la question, ce n'est pas l'objet de mes réflexions.

Ce qui m'interpelle beaucoup plus, c'est de comprendre les raisons qui poussent des gens ordinaires à commettre de telles atrocités.

Surtout ici, dans nos pays dits "civilisés", où l'usage des moyens de contraception, voire le recours à l'avortement, sont désormais légalisés et à la portée de tous.

Pourquoi donc ne pas y recourir ? Pour des raisons de convictions religieuses ?
Si, pour les plus fadas des fanas, utiliser un préservatif est un péché grave, qu'en est-il donc du meurtre d'enfants ? est-ce donc un péché de moindre importance ?

Non... je n'ose imaginer, je refuse de croire que ce genre de raisonnement puisse être à l'origine des pulsions barbares de ces assassins.

Alors quoi d'autre ?
Le désespoir ? La pauvreté ? La peur des réactions des parents ou de la famille ? La honte ? La folie ?

Les parents infanticides ne sont pourtant pas tous issus de milieux défavorisés, intégristes religieux, mineurs d'âges. Toutes les mères tueuses ne sont pas de femmes abandonnées par leur conjoint ? Toutes ces malheureuses victimes ne sont pas toujours le fruit de viols ?

Grossesse non désirée ?
Même si on refuse l'usage des moyens de contraception, il reste dans ce cas l'abstinence !

Pourquoi donc ?

Quelles sont les réponses à cette si simple et si terrible question ?

Quelles sont vos réponses ?



Sur la responsabilité de nos actes…
mercredi 28 juillet 2010 à 17 h 13 min
Méditons quelque peu quant à la responsabilité de nos actes... et de leurs conséquences :

«Fais chacun de tes actes comme si c'était le dernier de ta vie.»
Marc-Aurèle

«Nos actes nous suivent.»
Paul Bourget

«Nos actes ne sont éphémères qu'en apparence.
Leurs répercussions se prolongent parfois pendant des siècles.
La vie du présent tisse celle de l'avenir.»
Gustave Le Bon
Extrait de "Hier et Demain"

«L'eau renversée est difficile à rattraper.»
Proverbe chinois



Foi en soi
lundi 19 juillet 2010 à 12 h 29 min

« Dès l'instant où vous aurez foi en vous-même,
vous saurez comment vivre. »

Johann Wolfgang von Goethe



Le bonheur
mardi 13 juillet 2010 à 7 h 04 min



«Le bonheur n'est pas un but qu'on poursuit âprement,
c'est une fleur que l'on cueille sur la route du devoir.»

John Stuart Mill



Overdose…
vendredi 9 juillet 2010 à 14 h 32 min

Un séjour à Paris... interpellant !

Le week-end dernier, mon épouse et moi-même sommes allés visiter Paris.

Une des choses qui m'ont le plus marquées lors de ce (trop) court séjour, c'est le nombre important de sans-abris et de toxicomanes que l'on trouve couchés sur les bancs publics, voire à même le sol.

En visitant la Butte Montmartre et le Sacré-Coeur, nous avons remarqué quelques personnes qui regardaient un homme gisant sur le sol, totalement inerte, le pantalon légèrement abaissé.

Victime d'une overdose, avons nous entendu. Le malheureux ne se relèvera plus.

Je ne vous cache pas que j'ai éprouvé un certain malaise devant cette scène. Surtout lorsque je me suis rendu compte que, quelques instants auparavant, cet homme gisait déjà au sol au milieu des nombreux touristes indifférents qui passaient à côté de lui sans lui prêter la moindre attention.

De retour à Bruxelles, en regardant les photos du point de vue sur Paris que j'avais prises devant le Sacré-Coeur, le malaise me reprend !

En effet, sur une de ces photos on distingue le malheureux, gisant seul sans que personne ne lui accorde le moindre intérêt.
Sur un banc à côté de lui, deux amoureux regardent... le paysage.
Derrière lui, non visibles sur la photo, de nombreux touristes s'intéressent aux fontaines.

La présence du malheureux sur cette photo "souvenir" est bien évidemment involontaire et tout-à-fait fortuite.

Ni mon épouse ni moi-même ne l'avions remarqué, de là où nous nous trouvions.

Ce n'est qu'une fois arrivés à son niveau, plusieurs minutes plus tard, que quelques personnes l'ont remarqué et ont attiré notre attention sur la scène.

Depuis quand cet homme gisait-il ainsi sous le regard des passants indifférents ?

Certains trouveront choquant d'insérer ici de telles images...

Elles sont postées ici non pas par une volonté de sensationnalisme morbide du style "ça s'est passé près de chez vous...", mais bien comme un témoignage de la misère humaine et de l'indifférence qui règnent dans cette métropole... mais aussi chez nous, même si elle est moins visible (*)

Combien d'hommes et de femmes disparaissent de la sorte chaque année, chaque mois, chaque jour ?

Et... qui s'en soucie ?




(Détail)





(*) A Paris, les stations de métro sont fermées la nuit, ainsi que bien d'autres endroits...